Maïlys Teale


À propos     Me contacter     Videos



Ou, peut être n'est ce pas une fuite, Aurore, et es-tu emportée irrésistiblement vers quelque chose, dis-moi ? Sais-tu, Aurore, qu'on ne peut jamais dépasser l'horizon ? Si vite qu'on vole, si puissant qu'on soit, si résolu qu'on ait la tête et si coulant que soit ton beau corps souple, chaud, brun et juste que j'ai tenu une fois ou deux dans mes mains - à peine tenu : le temps de te toucher et de te lâcher - si bien construite que tu puisses être pour pénétrer dans les magiques horizons, jamais tu ne les dépasseras. Là où tu es, là où tu restes, là où tu demeures immobile, le monde est pareil à celui que tu désires.”
Que ma joie demeure de Jean Giono